Tu transformes nos maux en beau

Tu transformes nos maux en beau

Combien de fois dans nos vies, les événements ou les circonstances nous accablent, nous laissent dans la crainte, nous donnent l’impression de malheur immense et insupportable ? Trop souvent, n’est-ce pas ? Pourtant avec Dieu dans ma vie, j’ai cette certitude que « tout concourt à mon bien », mon bien spirituel d’abord et avant tout, mais également aussi qu’Il veille à mes besoins de base et très souvent, bien plus encore. Je dois alors régulièrement me rappeler que malgré ce qui peut me sembler être un malheur terrible, Dieu peut transformer ce mal qui m’arrive en bien, en bon et en beau.

Il existe bon nombre d’exemples de ce fait dans la Bible. L’un des plus incroyable est l’histoire de Joseph, qui fut battu et vendu comme esclave par ses frères à cause de leur jalousie. Il a vécu une trahison tragique, un emprisonnement injuste mais son malheur se transforma ensuite en une gloire surprenante. Il devint l’instrument par lequel Dieu a pu sauver de la famine, un peuple tout entier ! Sans parler d’une leçon de pardon touchante et d’un témoignage de l’infinie grandeur et sagesse de Dieu.

« Vous aviez médité de me faire du mal: Dieu l’a changé en bien, pour accomplir ce qui arrive aujourd’hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux. »

Genèse 50:20

L’ennemi de nos âmes médite et met tout en œuvre pour notre destruction, ses instruments et moyens sont nombreux mais la main de Dieu est souveraine et sa puissance incomparable. Sa fidélité est également immuable.

Se confier en Dieu

« Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, Et ne t’appuie pas sur ta sagesse »

Proverbes 3:5

Notre sagesse, c’est ce que nos yeux voient, c’est regarder aux circonstances, c’est essayer de résoudre l’insoluble avec nos moyens limités.

Certes nous avons parfois une part d’action à accomplir dans certaines situations, basée sur l’intelligence que Dieu nous accorde. Dieu ne choisit pas à notre place. Il nous guide cependant avec patience et bienveillance, lorsque notre cœur se soumet avec confiance aux dispositions qu’Il y dépose. C’est là notre part. Et lorsque des obstacles infranchissables surviennent sur nos routes, c’est Lui et Lui seul qui ouvre des avenues inespérées. Parce qu’Il transforme nos maux en beau.

Parce que malgré nos inquiétudes, nos tristesses, nos doutes, sa grâce murmure dans nos cœurs : faites-moi confiance.

De nos jours, le discours est tout autre. C’est plutôt, croyez-en vous-même, vous êtes capables et ainsi de suite. Je ne suis pas contre le fait de croire dans les capacités merveilleuses que dont Dieu nous a gratifiés. Au contraire. Mais ce discours contient une dérive tendancieuse, celle de faire de sa propre force, son « dieu », de s’enorgueillir et ce pour sa propre gloire. Nos forces et talents nous ont été accordés pour mettre au service de notre prochain et de la gloire de Dieu. Premièrement, parce qu’Il en est l’artisan, il me semble juste logique de l’en glorifier et deuxièmement par gratitude, sans son souffle de vie, nous ne sommes que poussière.

Moment de découragement

Il arrive parfois que nous n’arrivions pas à voir le positif d’une situation, cela nous mène alors à des sentiments d’abattement, de découragement et même de désespoir.

Je pense à l’histoire d’Élie qui sombre dans le découragement et demande à Dieu de mettre fin à son existence.

« Elie, voyant cela, se leva et s’en alla, pour sauver sa vie. Il arriva à Beer-Schéba, qui appartient à Juda, et il y laissa son serviteur. Pour lui, il alla dans le désert où, après une journée de marche, il s’assit sous un genêt, et demanda la mort, en disant: C’est assez! Maintenant, Éternel, prends mon âme, car je ne suis pas meilleur que mes pères. »

1 Roi 19: 3-4

La reine Jézabel vient de mettre à mort des centaines de prophètes et Elie se sauve dans le désert pour sauver sa vie. Mais une fois arrivé au pied d’un arbre, il se décourage et demande la mort. Pourquoi ce revirement ? Il se sauve pour survivre mais après sombre dans le découragement. La réponse est dans cette phrase. « Car je ne suis pas meilleur que mes pères. » Se sentant soudain incapable de faire plus ou mieux, par ses propres moyens et forces donc, il abdique et sombre.

Dieu est non seulement patient avec lui mais il ne lui fait même pas le moindre reproche. Il le nourrit par deux fois, le fortifie, pour ensuite l’envoyer de nouveau à sa mission.

Alors, même quand nous doutons et nous oublions que Dieu peut et va transformer le mal en bien dans nos vies, Il nous console sans reproche, nous fortifie et nous guide patiemment vers le droit chemin.

Quand les maux servent de témoignage

J’ai fait des choix plus que douteux dans ma vie avant de remettre ma vie à Dieu. Comme mes débordements avec l’alcool. Mais aujourd’hui plutôt que d’avoir continuellement des regrets, je constate que mon témoignage peut servir pour aider des gens dans pareilles situations. Donc mêmes les conséquences de mes propres choix peuvent servir mon prochain et la gloire de Dieu.

Dieu est lumière, amour et bonté. Il est également justice et sainteté. Il peut tout. Et si je me fie à son œuvre, force est de constater que le bien, le bon et le beau triomphe toujours dans les situations les plus improbables, mêmes celles dans lesquelles nous avons été artisans de notre propre malheur.

« L’Éternel désire vous faire grâce, Et il se lèvera pour vous faire miséricorde; Car l’Éternel est un Dieu juste: Heureux tous ceux qui espèrent en lui! »

Ésaïe 30:18

Je vous laisse avec la magnifique chanson de Lauren Daigle Oh Lord qui abonde complètement dans ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.