La puissance du témoignage de la foi

La puissance du témoignage de la foi

La question de la foi est un vaste sujet, étant l’un des points centraux d’une relation avec Dieu. La réflexion que j’ai à cœur de vous partager se porte sur plus concrètement, comment la foi intervient dans le quotidien.

Alors que je réfléchissais et que je priais sur un sujet qui me préoccupe, il me vint d’une clarification sur cette question.

Qui d’entre vous à déjà prié et espéré pour un miracle ? Suppliant Dieu de se manifester de manière extraordinaire. Vous disant que cela serait un témoignage puissant non seulement pour affermir votre propre foi mais également pour témoigner à d’autres. Puis de vous dire, alors que la réponse de Dieu tarde, mais pourquoi ne répond-t-il pas ? M’aurait-il oublié ? Ou encore, c’est que je manque de foi, c’est la faute de mon incrédulité. Ou plutôt, pourquoi le fait-il pour d’autres et pas pour moi ?

Et alors que ces murmures envahissent nos esprits, sombre tranquillement dans l’oubli, le cœur même de la foi.

Une ferme assurance

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. »

Hébreux 11:1

Une ferme assurance ! Mais qu’est-ce qui nous donne donc cette fermeté et encore plus cette assurance ?

La foi ! C’est ce pas profondément sincère, fatigué, las et parfois désespéré. Ce pas ultime en direction de l’invisible, ce pas qui lance un mince fil d’espoir, tendu vers celui que l’on appelle Dieu.

Tous ceux qui ont fait ce premier pas et ont tourné leurs espoirs vers Dieu, savent que cette réponse est venue. Pas toujours ni forcément de manière extraordinaire mais Dieu répond toujours à la requête du cœur sincère qui le cherche. Toujours.

Et donc pourquoi continuons-nous de douter ? Et c’est le nœud de ma réflexion, parce que nous oublions le témoignage de la foi.

Le témoignage de la foi

Ce témoignage qui jalonne nos parcours avec Lui. Parsemés de secours, de petites ou grandes victoires, de délivrance et bénédictions.

Cette expression qui dit « compter les bienfaits », littéralement compter, 1…2, 3.

Lorsque le doute arrive, il faut se remémorer toutes ces fois, où Dieu a répondu à nos requêtes et besoins.

C’est à ce moment que nous réalisons combien il est bon pour nous et que nos doutes sont non seulement infondés mais même un peu ingrats.

Le témoignage du doute

Cela me rappelle ce passage du livre de l’Exode.

« Le peuple était là, pressé par la soif, et murmurait contre Moïse. Il disait: Pourquoi nous as-tu fait monter hors d’Égypte, pour me faire mourir de soif avec mes enfants et mes troupeaux? »

Exode 17:3

Certes leur besoin est légitime, et leur questionnement, très humain. Mais le problème est qu’ils n’ont de cesse de douter et d’oublier toutes les délivrances et bénédictions que Dieu leur a déjà accordées.

Et patiemment, Dieu leur répond et c’est ainsi qu’il fait de même avec nous. Cependant, il nous incombe de perséverer dans la foi. Car sombrer dans les doutes peut nous occasionner bien des tourments, et nous expose même à la correction de Dieu.

La foi est la réponse, c’est le bouclier spirituel aux doutes de la chair.

Parfois Dieu fait des miracles incroyables et parfois non. L’accepter est le meilleur moyen de conserver sa paix. La démonstration surnaturelle, miraculeuse ou grandiose n’est pas une nécessité pour la puissance du témoignage de la foi.

La réalisation des promesses

La foi est aussi dans les petites choses. Et ces petites choses sont toujours de grandes bénédictions en soi. Aujourd’hui, certains enseignements parlent de prendre possession des promesses et on assure aux gens des miracles. Mais autant Dieu peut faire ces miracles autant c’est faux de dire qu’il le fera seulement si vous avez la foi.

« C’est dans la foi qu’ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre. »

Hébreux 11:13

Notre véritable demeure n’est pas terrestre. Pour certains, la réalisation des promesses se fera dans l’éternité et pas avant.

Selon sa volonté

Si Dieu ne répond pas de la manière que vous souhaitez ce n’est pas forcément un manque de foi. C’est peut-être, et lui sait pourquoi, pas selon sa volonté.

Le meilleur exemple de cela c’est la prière de Jésus la veille de sa mort.

« Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. »

Matthieu 26:39

Est-ce que Jésus n’a pas été exaucé par manque de foi ? Clairement non. Sa mort était une tragédie essentielle, au plan de Salut de Dieu. Oui, la chair de Jésus a été effrayé de la souffrance, ce qui est totalement compréhensible. Il n’a toutefois pas sombré dans la revendication égoïste et il s’est pleinement soumis à la volonté de Dieu. Quel exemple, n’est-ce pas ?

Demeurez ferme

Donc voilà après ma réflexion sur ce sujet, j’ai ouvert ma Bible et voici sur quel passage je suis tombée.

Hébreux 4 :11-16

Demeurons ferme. C’est à la persévérance de la foi que nous sommes appelés. Et pour ternir ferme, c’est dans le témoignage de la foi au quotidien que nous devons puiser notre patience. Rappelant à nos cœurs que tôt ou tard, Il répondra. Que sa réponse sera la meilleure et ce, malgré les apparences contraires.

« Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au dedans de moi? Espère en Dieu, car je le louerai encore; Il est mon salut et mon Dieu. »

Psaume 43:5

Le plus grand miracle que nous pouvons déjà compter est celui de notre salut.

Laissons cette espérance devenir l’ancre de notre âme, pour éviter de dériver dans l’abattement et l’incrédulité.

Ce que je veux et dois veiller à faire, c’est cultiver la reconnaissance de ce cadeau inestimable pour faire taire les murmures de mes doutes.

Ce témoignage aussi sera puissant. Tout autant que n’importe quel miracle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *