Que celui qui se croit debout prenne garde de tomber

Que celui qui se croit debout prenne garde de tomber

L’un des plus grands défis de la marche chrétienne est d’éviter de bifurquer malencontreusement dans un mauvais sentier. Les pièges sont nombreux sur la route et malgré nos plus pures intentions, il arrive que nous fassions erreur. Plusieurs mises en garde nous parviennent des écritures, exprimant essentiellement ce que Paul nous explique dans l’une de ses lettres aux Corinthiens.

« Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber! »

Corinthiens 10:12

Lors d’une récente conversation avec des sœurs dans la foi, il m’est venu cette réflexion. Être dans le doute de nos actions, nous porte à constamment questionner Dieu sur le chemin à emprunter lorsque nous sommes face à des dilemmes. Cela nous évite parfois bien des tourments !

L’importance de l’introspection

Comme David exprimait dans l’un de ses psaumes :

« Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur! Éprouve-moi, et connais mes pensées! Regarde si je suis sur une mauvaise voie, Et conduis-moi sur la voie de l’éternité! »

Psaumes 139: 23-24

Ayons cette habitude de questionner Dieu, de faire des introspections. Et surtout d’avoir l’humilité de reconnaître nos erreurs et de se repentir au besoin.  

Mais malgré tout cela savez-vous ce que je trouve comme étant une consolation incroyable ? La réaction de Dieu dans nos égarements.

Dieu averti ses enfants

Regardons l’exemple d’un dénommé Abimélec qui croise la route d’Abraham dans le livre de la Genèse et qui passe près de se rendre coupable d’un grand péché devant Dieu.

« Abraham partit de là pour la contrée du midi; il s’établit entre Kadès et Schur, et fit un séjour à Guérar. Abraham disait de Sara, sa femme: C’est ma soeur. Abimélec, roi de Guérar, fit enlever Sara. »

Genèse 20 :1-2

Il voit donc une femme qui lui plaît et comme il est roi, se permet de la prendre sans demander la permission. Mais voilà, il ne se doute pas du tout qu’il s’agit de la femme d’Abraham.

Comme il a été, si on veut, induit en erreur, Dieu décide d’intervenir directement par un songe.

« Alors Dieu apparut en songe à Abimélec pendant la nuit, et lui dit: Voici, tu vas mourir à cause de la femme que tu as enlevée, car elle a un mari. »

Genèse 20 :3

Et maintenant voyons la suite.

« Abimélec, qui ne s’était point approché d’elle, répondit: Seigneur, ferais-tu périr même une nation juste? Ne m’a-t-il pas dit: C’est ma sœur? et elle-même n’a-t-elle pas dit: C’est mon frère? J’ai agi avec un cœur pur et avec des mains innocentes. Dieu lui dit en songe: Je sais que tu as agi avec un cœur pur; aussi t’ai-je empêché de pécher contre moi. C’est pourquoi je n’ai pas permis que tu la touchasses. »

Genèse 20 :4-6

Voyez-vous ? Dieu connaît les cœurs ! Il a vu que ce piège aurait pu rendre le roi coupable sans même qu’il ne le sache. Il est intervenu ! Parce qu’il est juste et bon.

Être attentif, craindre le mal

Nous ne serons trouvés coupables de choses devant lui sans avoir été avertis. Il nous faut tout de même être attentif. Et surtout ne pas endurcir nos cœurs devant les avertissements.

« Heureux l’homme qui est continuellement dans la crainte! Mais celui qui endurcit son cœur tombe dans le malheur. »

Proverbes 28:14

Pas une crainte des hommes mais la crainte de déplaire à Dieu.

Retournons à notre histoire.

« Maintenant, rends la femme de cet homme; car il est prophète, il priera pour toi, et tu vivras. Mais, si tu ne la rends pas, sache que tu mourras, toi et tout ce qui t’appartient. »

Genèse 20 :7

Il avait cru avoir la légitimité de prendre cette femme mais Dieu n’a pas permis qu’il fasse cette erreur. De plus, il lui sert un avertissement formel.

Se méfier de nos actions et de nos raisons

Cet exemple m’a vraiment percuté. Si nous nous confions dans notre sagesse, nos connaissances et même dans nos convictions pour prendre des décisions et des positions, nous prenons le risque de nous tromper lourdement. Parce que souvent les apparences sont trompeuses.

Ne négligeons pas les avertissements. Évitons aussi de nous croire debout et droits sans préalablement et régulièrement consulter Dieu.

Puis soyons reconnaissants de sa bonté en laquelle nous pouvons nous confier pleinement pour nous éviter les pièges tendus sous nos pieds.

Ce Dieu qui utilisera n’importe quel moyen pour nous avertir, même une ânesse comme pour le prophète Balam.

Chose certaine, nous sommes ses enfants et dans sa parole, il nous promet de prendre soin de nous. Autant pour les besoins de base que pour notre sécurité spirituelle. Consultons le pour tout !

« J’ai constamment l’Eternel sous mes yeux; Quand il est à ma droite, je ne chancelle pas. »

Psaume 16:8

C’est même une promesse formelle et le fondement de l’alliance établi avec nous par Jésus.

« Je traiterai avec eux une alliance éternelle, Je ne me détournerai plus d’eux, Je leur ferai du bien, Et je mettrai ma crainte dans leur cœur, Afin qu’ils ne s’éloignent pas de moi. »

Jérémie 32:40

Cette crainte qu’il dépose dans nos cœurs doit se traduire par une recherche constante de sa volonté. Une crainte de lui déplaire. Cela garde nos pas des détours. Et des pièges de l’orgueil.

Finalement j’aimerais conclure par un dernier point. Si jamais nous tombons malgré tout, Dieu viendra nous relever.

Image Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.