La conséquence de l’incrédulité et la leçon a en tirer

La conséquence de l’incrédulité et la leçon a en tirer

Combien de fois dans nos vies, le doute et l’incrédulité viennent saboter l’assurance d’une prière?


L’autre jour, je réfléchissais à l’incrédulité et au manque de foi, parce que j’avais lu une phrase qui m’avait vraiment interpellée.

« Nous sommes nombreux à mettre des limites à nos prières parce que notre confiance en Dieu manque d’audace ! »

Oscar Chambers

Ces limites, quelles en sont les bornes, si se n’est justement nos doutes et notre incrédulité.


Et surtout quelles sont les conséquences ?

Aujourd’hui je lisais dans Luc et j’ai obtenu une réponse.

« Zacharie dit à l’ange: A quoi reconnaîtrai-je cela? Car je suis vieux, et ma femme est avancée en âge. L’ange lui répondit: Je suis Gabriel, je me tiens devant Dieu; j’ai été envoyé pour te parler, et pour t’annoncer cette bonne nouvelle. Et voici, tu seras muet, et tu ne pourras parler jusqu’au jour où ces choses arriveront, parce que tu n’as pas cru à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps. »

Luc 1 : 18-20

Zacharie reçoit la visite d’un ange, déjà c’est particulier mais malgré l’annonce de celui-ci, Zacharie doute.

Conséquence, il perd l’usage de la parole.

Ce qui est marquant c’est que la conséquence n’est pas liée à la promesse annoncée. Celle-ci se réalisera coûte que coûte.

« Eh quoi! si quelques-uns n’ont pas cru, leur incrédulité anéantira-t-elle la fidélité de Dieu? »

Romains 3:3

D’autres exemples

Regardons aussi l’exemple de Pierre (Matthieu 14 : 22-33) lorsqu’il fait preuve d’audace et demande à marcher sur l’eau.

Qu’arrive-t-il lorsque après quelques pas, il doute ?

Il s’enfonce.

Et ne vous méprenez pas. Je ne dis pas qu’une prière non exaucée, soit automatiquement synonyme de manque de foi. Non, cela sera faux et ce n’est pas le sujet ici.

Ce que je veux dire, c’est que ce qui nous libère de notre incrédulité, c’est notre obéissance.

Regardons maintenant la suite de l’histoire de Zacharie.

« Le huitième jour, ils vinrent pour circoncire l’enfant, et ils l’appelaient Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole, et dit: Non, il sera appelé Jean. Ils lui dirent: Il n’y a dans ta parenté personne qui soit appelé de ce nom. Et ils firent des signes à son père pour savoir comment il voulait qu’on l’appelle. Zacharie demanda des tablettes, et il écrivit: Jean est son nom. Et tous furent dans l’étonnement. Au même instant, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia, et il parlait, bénissant Dieu. »

Luc 1 : 59-64

L’importance de l’obéissance

C’est au moment de l’acte d’obéissance à Dieu que Zacharie est délivré de la conséquence de son manque de foi.

Un peu, comme dans l’histoire de Pierre, Jésus lui dit viens, Pierre obéit, alors il fait quelques pas sur l’eau.

Voyez, comment l’obéissance est un acte de foi. Marchez par la foi. Cela brise la conséquence du doute. Et l’inverse est aussi vrai comme dans l’exemple de Pierre.

Conséquence instructive

« L’Éternel m’a châtié, Mais il ne m’a pas livré à la mort. »

Psaume 118:18

Ainsi, le Seigneur a châtié Zacharie de son incrédulité, pour l’instruire. Pour que celui-ci apprenne l’obéissance et affermisse sa foi.

« Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. »

Apocalypse 3 : 19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *