La foi qui guérit; si je peux seulement y toucher

La foi qui guérit; si je peux seulement y toucher

Un des paysages du nouveau testament qui m’a particulièrement touché dans mes débuts de conversion est une histoire racontée dans trois évangiles. L’histoire d’une femme proche du désespoir qui par un ultime acte de foi se voit enfin exaucée.

« Or, il y avait une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans. Elle avait beaucoup souffert entre les mains de plusieurs médecins, elle avait dépensé tout ce qu’elle possédait, et elle n’avait éprouvé aucun soulagement, mais était allée plutôt en empirant. Ayant entendu parler de Jésus, elle vint dans la foule par derrière, et toucha son vêtement. Car elle disait: Si je puis seulement toucher ses vêtements, je serai guérie. Au même instant la perte de sang s’arrêta, et elle sentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal. »

Marc 5 : 25-29

Lorsque j’ai commencé à lire ma Bible, j’étais un peu comme cette femme. J’avais désespérément besoin d’espoir, besoin de miséricorde et besoin d’être guérie de mon angoisse. Je savais qu’auprès de Jésus je pouvais obtenir cela. Je ne croyais pas le mériter mais j’y croyais.

Se sentir indigne

Elle non plus ne se sentait pas digne de s’approcher pour être guérie de ses mains, mais elle s’est dit que si elle arrivait à juste toucher son vêtement…

J’ai été bouleversée par cette foi ainsi que la magnifique réponse de Jésus lorsque finalement elle s’est approchée de lui. Il a senti son appel désespéré et il a répondu en lui donnant toute son attention.

« Jésus connut aussitôt en lui-même qu’une force était sortie de lui; et, se retournant au milieu de la foule, il dit: Qui a touché mes vêtements? Ses disciples lui dirent: Tu vois la foule qui te presse, et tu dis: Qui m’a touché? Et il regardait autour de lui, pour voir celle qui avait fait cela. La femme, effrayée et tremblante, sachant ce qui s’était passé en elle, vint se jeter à ses pieds, et lui dit toute la vérité. »

Marc 5 : 30-33

La bonté de Dieu

Elle est là, se sentant impure (n’oublions pas que pour les juifs le sang est très symbolique, une femme dans sa période menstruelle est considérée impure, imaginez 12 ans de perte de sang) et lui non seulement, lui parle, mais lui répond ceci :

« Mais Jésus lui dit: Ma fille, ta foi t’a sauvée; va en paix, et sois guérie de ton mal. »

Marc 5 : 34

Bouleversant de bonté et d’amour!

Cette foi dont il est question me fait penser à une citation que j’ai vu aujourd’hui (sympathique « hasard »)

« La foi est un oiseau qui sent la lumière et qui chante quand le jour n’est pas encore levé. »

Rabindranàth Tagore

De par sa réputation seulement cette femme a cru dans la puissance de Jésus et sa foi fut récompensée. Elle s’est approchée et il l’a accueilli, l’a considéré, l’a guéri; elle, cette femme impure qui souffrait depuis de longues années.

Il a fait de même avec moi

J’ai crié à lui, il a répondu. Il m’a guéri de ma culpabilité, de mon angoisse et a fait de moi « sa fille ». Indigne pècheresse que j’étais.

Dieu nous prouve vraiment son amour car il n’attend pas que nous devenions juste (ce qui est, je le sais maintenant, impossible sans son intervention) pour nous accueillir, au contraire, il se penche vers les impurs pour les guérir lui-même.

Une réaction au sujet de « La foi qui guérit; si je peux seulement y toucher »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *