Quand les films pour enfants nous enseignent

Quand les films pour enfants nous enseignent

Hier je lisais dans Éphésiens dans le chapitre 4, les précieuses et nombreuses exhortations de Paul sur la vie chrétienne pratique, en me disant, que c’est tout un programme, un combat de tous les instants même. Bien-sûr que sans l’assistance du Saint Esprit, c’est peine perdue de l’envisager. La chair étant ce qu’elle est. Mais ce n’est pas le sujet ici.

Alors que je méditais sur cela ce matin, j’ai prêté attention au film que mes enfants regardaient : Les schtroumpfs. Créatures candides ayant des dons et des caractéristiques bien précis. Il y a aussi leur ennemi de toujours le vilain Gargamel et son chat.

Et donc dans la scène que je regardais, suite à une poursuite de Gargamel, celui-ci se retrouve propulsé dans l’eau. Il se met à crier à l’aide, prétextant ne pas savoir nager. Plus loin, les schtroumpfs qui viennent tout juste de s’échapper discutent. L’un d’eux annonce qu’il faut aller le sauver. Un autre s’y oppose; il est notre ennemi s’écrit le schtroumpf! Finalement c’est la schtroumpfette qui tranche. Elle lui répond : nous devons y aller, nous sommes des schtroumpfs, nous faisons toujours ce qui est bien. C’est ce que nous sommes.

Au fond c’est à cela que se résume la vie chrétienne, faire ce qui est bien! Et par bien j’entends le bien selon Dieu. Même si le programme semble chargé à prime abord si nous y regardons de plus près, c’est finalement plus « simple » qu’il n’y paraît.

Comme le démontre cet exemple, devant une situation semblable nous avons tous cette conversation intérieure, un schtroumpf chair et schtroumpf esprit. Un qui, nous apparaît logique humainement parlant, ne croit pas que cela serait une bonne idée d’aider notre ennemi ou de faire preuve de miséricorde devant ceux qui nous font du mal. Et l’autre qui, en accord avec notre Seigneur sait que de ne pas le faire, serait mal agir.

La loi de Dieu nous dit Jésus dans les évangiles se résume à aimer notre prochain. Il nous a aussi enseigné à aller encore plus loin, aimer nos ennemis également.


Comme Paul nous l’enseigne, devenons les imitateurs de Dieu. Que le bien définisse ce que nous sommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.