Quand Dieu laisse devant moi les montagnes

Quand Dieu laisse devant moi les montagnes

Tellement de questions restent sans réponse dans nos existences. Quand les épreuves viennent secouer nos vies, beaucoup de pourquoi déchirent nos cœurs. Avoir la foi nous demande de croire que les montagnes peuvent se déplacer, mais qu’arrive-t-il lorsque Dieu ne déplace pas nos montagnes ?


Est-ce que j’arrive à regarder encore à Dieu avec confiance, dans la fournaise de la souffrance ? N’est-Il pas le Dieu de la délivrance et de la bénédiction ?

Même si

La superbe chanson du groupe Mercy Me, What if traite de ce sujet. Lorsque j’écoutais les paroles, cela m’a frappé d’évidence.

« C’est facile de chanter, Quand il n’y a rien pour me faire tomber, Mais que vais-je dire, Quand je suis attaché à la flamme » (traduction française de Google).


Quand la vie va bien, louer Dieu est facile. Alors que lorsque le malheur perdure, comment trouver la force et surtout l’envie de le faire ?

N’est-ce pas là exactement le point central de l’épreuve ? Éprouvez nos coeurs ?

Il fut un temps, principalement avant la venue de Jésus, où les malheurs étaient perçus comme des châtiments de Dieu. Une faute à expier, une leçon d’obéissance à apprendre également. La bénédiction de Dieu était pour les justes. Cela n’est pas du tout complètement faux, j’y reviendrai brièvement.

L’exemple de Job


Une histoire dans la Bible vient complexifier cette logique imperturbable. L’histoire de Job, ce juste sur qui le malheur vient déferler. Cette fois le malheur fait office d’épreuve, de test en quelque sorte, qui révèle le cœur de Job.

Une explication émane donc de tout cela. Cela sert un but.

Dieu souhaite relever des vérités essentielles à nos cœurs.

D’abord, je réalise que les raisons de mon adoration ne sont pas désintéressées. J’aime Dieu quand Il me bénit, quand Il me délivre. Mais mon cœur s’agite lorsque ce n’est pas le cas. Lorsque la résolution tarde, lorsque la souffrance s’étire.

Ce combat avec ma chair n’est-ce pas exactement ce que souhaite notre adversaire ? Que nos afflictions nous fassent maudire Dieu ?

Bénédictions

Job dit : Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L’Eternel a donné, et l’Eternel a ôté; que le nom de l’Eternel soit béni!

Job 1:21

Dieu, même s’Il nous aime, ne nous doit absolument rien. Nos actions méritantes ne l’obligent pas non plus à nous bénir.

S’Il le fait c’est toujours une grâce.

J’aime particulièrement une chanson de Laura Story, Blessing qui va comme suit :

« et si tes bénédictions venaient de gouttes de pluie, Et si ta guérison passe par les larmes, Et si mille nuits blanches étaient ce qu’il fallait pour savoir que tu es proche, Et si les épreuves de cette vie étaient vos miséricordes déguisées » (traduction française de Google).

Je me rends compte que même si j’ai la conviction que cela sert un but; que du malheur découle un bienfait. Il manque encore quelque chose pour que j’arrive à dire “béni sois Dieu” en toute circonstance.

Le bienfait du renoncement

Ce sont les mots de Jésus qui me donnent la clé de cette porte.

Alors Jésus dit à ses disciples: « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive »

Matthieu 16:24

Le renoncement est un acte de dépouillement. Je dépouille ma chair de sa volonté, de ces sombres désirs, de son égoïsme, de son orgueil surtout.

Par l’Esprit de grâce qui est en moi, j’arrive à renoncer même à la délivrance et je peux accepter la souffrance. Car ce n’est plus moi qui vis mais la volonté et le plan de Dieu.

Je peux alors dire : mon espoir est en toi seul.

Maria ZA.

Accepter les montagnes

Alors si Dieu choisit de me laisser devant la montagne, de ne pas la déplacer, c’est ainsi que j’accepte la situation. Pas seulement parce que j’arrive à espérer que c’est pour mon bien spirituel mais parce que mon bien n’est plus le plus important.

Ne croyez pas que j’apprécie la souffrance, ou que je ne sois pas effrayée d’avoir à en vivre, ni que les questionnements ne viennent plus me tarauder mais uniquement parce que ma vie présente n’est plus le plus important.

Parce que les souffrances du temps présent ne sont rien comparer à la gloire à venir.

Parce que ma vie ne m’appartient plus depuis qu’elle a été rachetée à grand prix à la croix.

Sachez qu’Il est Dieu

« C’est afin que l’on sache, du soleil levant au soleil couchant, Que hors moi il n’y a point de Dieu: Je suis l’Eternel, et il n’y en a point d’autre. Je forme la lumière, et je crée les ténèbres, Je donne la prospérité, et je crée l’adversité; Moi, l’Eternel, je fais toutes ces choses »

Ésaïe 45:6-7

Il est Dieu. Il tient toutes choses entre ses mains. Incluant nos vies.

Et Il nous a tant aimés qu’Il nous a donné le moyen d’être sauvé de la mort éternelle, pour vivre éternellement. Cette vie est un passage. Qui dure si peu de temps au regard de l’éternité.

Les montagnes si abruptes soient-elles ne sont que pour un temps. Je ne veux pas abandonner mon espoir, ma foi pour jouir de futiles plaisirs, si pour cela je dois abandonner ma reconnaissance à Dieu.

Par Lui, je peux porter toutes les croix qu’il me sera nécessaire de porter. Et esclader toutes les montagnes qu’Il jugera bon de laisser sur mon chemin.

Pour Lui.

« Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d’une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra.

1 Pierre 4:12-13

Source images: Pinterest

N.B. vous trouverez les liens des chants cités en cliquant sur les titres.

4 thoughts on “Quand Dieu laisse devant moi les montagnes

  1. C’est un écrit qui te sort du coeur et combien tu
    as du sentir ces montagnes s’élèver,s’écrouler sur toi mais ta force tu la tiens en CHRIST ton SAUVEUR, merci,bisous ma belle, et les plus forte que tu ne crois et pourtant si fragile que l’ont voudrais te prendre dans nos bras comme une rose et la déposé au pieds du PÈRE QUE PAR LUI que par lui tu tiré ta substance ta puissance et ta sagesse merci beaucoup sois benis .

  2. Il est Dieu .Il tient toutes choses entre ses mains.Incluant nos vies. Amen!
    Merveilleux comme texte.
    C’est vrai que c’est une grâce de souffrir pour Dieu! Mais il faut aussi recevoir cette grâce là venant de sa part! Sinon pas facile.
    Amen et merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *