La traversée du silence

La traversée du silence

L’idée chemine doucement
Éclairée faiblement
Par les lampions de la possibilité
S’entremêlant l’insécurité et la nécessité

Dans le brouhaha des incertitudes
Alimentée par la peur, cette affreuse conseillère
S’ajoute le bâillon d’habitude
Ce semblant de confort éphémère

Éclate soudain un feu
Brûlant les tergiversations
De son rêve heureux
Une incandescente détermination

Elle traverse alors le silence
D’un pas décidé mais délicat
Une fragilité empreinte d’élégance
Prête à transgresser l’omerta

Libérée par les mots
Par cette violence de vivre, ce bruyant flot
Brisant les murs de son interminable nuit
De vérité, elle vibre ; terminée l’agonie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *