La justice-propre, comment y renoncer ?

La justice-propre, comment y renoncer ?

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu ce feu guerrier qui m’enflamme le cœur devant l’injustice. Cette envie de rétablir le droit, par une justice-propre, de défendre les pauvres gens dont on abuse, de dénoncer les absurdités qui réduisent les droits et libertés à une simple valeur lointaine.

Malheureusement, ce feu n’a pas uniquement brûlé des injustices, il a aussi fait naître en moi cette volonté de justice-propre. Lorsque je jugeais qu’on ne me traitait pas correctement, je montais vite aux barricades pour me défendre, moi ou les gens que j’aimais.

Bien que cela soit naturel de le faire, il y a également beaucoup de problèmes à avoir une telle attitude. D’abord, parce que notre baromètre personnel à juger les pseudos injustices est plutôt variable. Souvent dicté par nos propres intérêts. Ensuite, parce que les moyens que nous utilisons pour nous défendre manquent de neutralité et de recul. Puis, parce que plus souvent qu’autrement on fait plus de mal que de bien.

Combattre de la bonne manière

Je ne dis pas ici de ne jamais nous défendre ou d’intervenir contre le mal ou contre une injustice, je dis que j’ai appris à réviser ma manière de le faire. Avec plus de modération et de sagesse.

«L’Éternel combattra pour vous; et vous, gardez le silence.»

Exode 14:14

L’une des leçons que j’ai apprise en marchant avec Dieu, c’est qu’Il est fidèle. Lorsque je choisis de me taire devant ce que je considère comme injuste, c’est alors que je le vois agir de manière incroyable. Et au contraire, lorsque je laisse mon orgueil blessé, dominer sur ma raison, il n’en ressort que plus de problèmes.

«Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère; car il est écrit: A moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur.»

Romains 12:19

Par vengeance, on imagine des plans machiavéliques, échafaudés avec une grande méchanceté, pourtant, c’est beaucoup plus subtil que cela. Il peut s’agir d’une simple riposte qui sort sous le coup de la colère ou même simplement de négliger d’être courtois par frustration.

«Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent »

Matthieu 5:44

Je vous confirme que cette partie de l’enseignement est extrêmement difficile. Mais elle est aussi tellement libératrice.

L’injustice au quotidien

J’ai récemment dû affronter une petite situation que je jugeais injuste à mon égard. En temps normal, j’aurais été dire à cette personne que je ne me laisserais pas traiter de la sorte, j’aurais usé de menaces si nécessaire, et fut un temps, où j’en serais même venue aux coups.

Mais par la grâce de l’amour, j’ai réussi à calmer ma rage et j’ai prié.

Certains pourraient croire ce comportement faible, c’est la logique qui m’habitait autrefois. Je me disais que si je laissais les gens m’écraser, ils en profiteraient pour continuer et il n’était pas question pour moi de les laisser faire. C’est la loi de la jungle non ? Les plus forts dévorent les plus faibles. Je ne me laissais pas mordre longtemps.

Voilà que maintenant, j’apprends la beauté de l’amour et la vérité profonde qui en émane. Mon espérance. Je ne dois m’en défendre que par la douceur.

L’exemple du Christ

Le Fils du Dieu vivant avait toute la puissance, l’autorité et mêmes les raisons pour empêcher les gens de le mettre à mort. Mais il ne l’a pas fait. Au contraire, il a démontré de manière flagrante combien noble et parfait est l’amour.

«Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien.»

Romains 12:21

Je dis souvent à mes enfants, la colère engendre la colère. Évidemment, c’est un serpent qui se mord la queue. Il n’y a que le contraire d’une chose pour l’apaiser. L’eau sur le feu, la lumière qui perce la noirceur, le bien sur le mal.

Je le répète, oui, c’est difficile, mais la bonté touche tandis que la justice-propre fait plus de dégâts qu’elle ne répare.

Appelé à devenir sage

Très souvent les gens qui font du mal sont des gens malheureux, qui aveuglés par leur douleur réagissent promptement devant une situation. Alors que nous sommes appelés à devenir sages, conciliants et modérés.

J’ai décidé cette soirée-là de renoncer à ma justice-propre, de faire confiance à Dieu, je lui ai remis la situation et je suis prête à souffrir quelques injustices pour que Sa justice et que Son amour triomphe. Car qui sait si ce n’est cette bonté qui touchera leurs cœurs.

Accepter Christ dans mon cœur, fut aussi accepter que je ne peux me sauver moi-même. C’est Son œuvre et elle est parfaite.

« Car ce n’est point par leur épée qu’ils se sont emparés du pays, Ce n’est point leur bras qui les a sauvés; Mais c’est ta droite, c’est ton bras, c’est la lumière de ta face, Parce que tu les aimais. »

Psaume 44:3

Image Pinterest

One thought on “La justice-propre, comment y renoncer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *